Décembre dernier, si vous m’avez suivi sur instagram, vous avez pu voir que j’ai fait une petite escapade à Strasbourg.

Même si les marchés de Noël étaient vraiment magnifiques et féériques, ce n’est pas pour cette raison que j’ai fait le déplacement.
En réalité, j’y suis allée pour aller à la rencontre des représentants de la marque A.Vogel, visiter les locaux et l’usine de fabrication des fameux sels Herbamare et… tourner des vidéos culinaires en collaboration avec la marque pour la sortie du nouveau sel Herbamare Intense !

video sel Herbamare
tournage video

C’était une grande première pour moi, qu’apparaître dans des vidéos réalisées par des professionnels, dans une cuisine qui faisait deux fois la taille de celle que j’ai aujourd’hui lol
Avant le tournage, j’ai imaginé 2 recettes que je souhaitais réalisées avec le sel Herbamare Intense. D’ici quelques semaines, vous pourrez découvrir les vidéos à savoir, un quinotto (risotto à base de quinoa) aux Saint-Jacques et chorizo (recette sans gluten et sans lactose) et du poulet pané aux amandes, farci d’un pesto de blettes et chèvre frais. Cette recette est également sans gluten.

J’espère qu’elles  vous plairont et qu’elles vous donneront envie de tester les sels Herbamare pour ceux qui ne les connaissent pas encore ;)

sel Herbamare
poulet pané pesto amande

Et si nous parlions plus en détail des sels Herbamare ?
Je les consomme depuis de nombreuses années. Tout ce que je vous dis ici – c’est d’ailleurs le cas dans tous mes articles mais je préfère le préciser – n’est pas du tout sponsorisé ou orienté par la marque. Je consomme ces sels parce qu’ils sont bons, bio et de bonne qualité. Lors de la visite de l’usine, j’ai découvert avec joie la dimension humaine qui se cache derrière leur élaboration, ainsi que le processus de fabrication qui met tout en oeuvre pour proposer un produit d’une excellente qualité.

Ce qu’il faut savoir à propos de ces sels, c’est qu’ils sont préparés avec des plantes aromatiques et légumes bio frais. L’usine se situe à Colmar et les agriculteurs locaux qui fournissent des légumes bio doivent respecter une charte bien précise pour proposer des ingrédients de qualité.

1. Le jour de la récolte de chaque légume et plante, ils sont acheminés bruts par les agriculteurs à l’usine, découpés dans les heures qui suivent leur arrivée et mis en macération avec du sel marin de Camargue pendant plusieurs mois. Chaque légume et plante macèrent individuellement. Ils ne seront mélangés qu’à la fin du processus de fabrication.

2. Après la macération et avant de passer au séchage à basse température (max 50°C, toujours pour garder le plus de nutriments), les légumes et plantes sont mélangés à la main pour permettre d’uniformiser le mélange cristaux de sel + légumes/plantes. J’ai eu la chance de voir cette étape de mélange à la main. Le jour où j’y étais, c’était au tour du basilic d’être mélangé.
Et Oh-My-God ! Que ça sentait bon ! J’avais l’impression de flotter dans un air rempli de pesto, c’était incroyable. J’ai d’ailleurs oublié de vous dire que ça sentait terriblement bon dans chaque compartiment de l’usine. Comme si une immense soupe fraîche était en train de cuire, mais à grande échelle évidemment ;)

sel basilic herbamare

3. Ensuite, les blocs de légumes + sel sont doucement séchés dans un four. La température n’excède jamais 50°C. Le but de cette opération est d’obtenir des blocs compacts et durs avant de les passer au broyeur.

4. Les blocs sont broyés avant d’être mis en pot. C’est à cette étape que les différents sels sont créés selon des recettes précises et donc, que les légumes et plantes sont mélangés entre eux. C’est également ici qu’une algue, le kelp, est ajoutée. Le but est d’enrichir le sel en iode, nécessaire à notre organisme. Elle a aussi le rôle d’anti-agglomérant.

Vous ne le savez peut-être pas, mais beaucoup d’industriels ajoutent un anti-agglomérant, souvent du gluten pour que le sel coule bien lorsqu’on le verse. Les sels Herbamare sont garantis sans gluten et vegan. En terme de goût, je vous conseille vraiment de goûter si vous ne les connaissez pas déjà. Ils n’ont vraiment rien à voir avec les sels bons marchés type La Baleine que je trouve mauvais. Ils sont acides et ont un gros très fort que je n’aime pas du tout.

5. Les mélanges finissent leur chemin dans les pots en carton biodégradables que vous connaissez.
Environ 4 000 000 de boîtes sont fabriquées chaque année et les sels sont exportés dans 31 pays différents.
En France, on trouve ces produits en magasins spécialisés bio et en grande surface pour le sel aux légumes classique.

sel herbamare sans gluten

Le sel, comme les épices d’ailleurs sont des ingrédients beaucoup trop négligés à mon sens. Le sel, on en met partout c’est vrai. Ça devient finalement mécanique de saler, poivrer, ajouter du piment, etc. Mais quand on sait la manière dont ces produits sont élaborés et quand on a goûté la différence du bon sel et des bonnes épices, le résultat est incontestable.

Ce qui m’a marqué pendant la visite ?
– La passion de mon intervenant. 30 ans de boîte et tellement soucieux des légumes à chérir pour obtenir un super produit :)
– La propreté incontestable des locaux. On aurait pu manger par terre tellement c’était clean ^^ J’ai bien sûr fait la remarque et ils m’ont expliqué que même si le sel est transporté via des tuyaux et qu’il n’est jamais à l’air libre – sauf pendant l’étape de mélange rapide à la main – c’est effectivement un bon rongeur de matériaux. Quand on y pense c’est logique. Après un bon bain de mer, on sent notre peau tirer si on la rince pas à l’eau claire.
L’entreprise doit donc investir en permanence pour entretenir l’usine et permettre aux machines de rester dans un très bon état, de même pour les murs et les sols.
– La totale transparence lors de ma visite. Je retrouve bien dans mes petits pots de sel, tout ce qui est noté sur l’étiquette et conforme aux informations qui sont présentes sur le site.

Vous pouvez retrouver mes recettes de pesto vegan et les gnocchis sans gluten pour lesquelles j’utilise les sels Herbamare.

No Comments